Le retour des champions

 
Pour fêter le centenaire, les coursayres, les acteurs et les hommes en blancs, la commission de la course landaise et son président Didier Goeytes ont imaginé un bel hommage cette année avant le grand concours landais qui a eu lieu le mercredi 14 août à 21h30. Le même jour, à 17 heures (en lieu et place, exceptionnellement, du concours des jeunes écarteurs), ce sont les anciens qui défilaient.
 
 
Tous les anciens qui ont remporté un jour le concours depuis la première cupe tauromachique de la ville en 1955, qu’ils soient écarteurs, sauteurs, entraîneurs ou cordiers étaient présents. Soixante dix invitations ont été lancées. 64 personnes ont répondu. L'émotion était grandepour ces aînés qui se soont retrouvé le temps d’un après-midi.
 

Ramuntcho était son nom de lumière

Depuis près de six décennies, les clameurs accompagnent les héros de la piste. Depuis tout ce temps des légendes ont écrit sur le sable les grandes pages de la course landaise.
 
Parmi les gladiateurs du siècle, deux noms s’imposent. Celui des frères Vis : Guillaume et Christian, les champions hors catégorie, sept fois vainqueurs, l’un et l’autre du prestigieux concours landais de Dax. Les deux frères écarteurs gitans sont les hommes des superlatifs et des succès de légende. En tauromachie, il existe parfois des toreros d’époque. En course landaise, les deux hommes sont eux aussi des écarteurs d’époque.
À eux deux, ils ont remporté quatorze fois le concours de Dax, ce qui constitue une performance inouïe.
 
Ramuntcho est l’aîné. Il est né en 1943, débute à Arcachon à quatorze ans sous la houlette de son frère Michel I. En 1960, il entre en formelle chez Joseph Labat et signe sa première course le 10 avril à Amou, à l’âge de 17 ans. Trois ans plus tard, il est champion de France (il le sera à nouveau en 1973) devant le maître de Pomarez Marcel Forsans. Sa carrière est l’une des plus impressionnantes du siècle dernier. Fort d’un style pur, d’une aisance et d’une précision extrêmes, son talent d’exception lui a valu le titre de « prince des écarteurs ». Il a accompli sa dernière saison en 1992. Il vit aujourd’hui près de Dax, dans sa maison de Saint-Vincent-de-Paul.
 
Si Ramuntcho fut un prince, Ramuntchito, lui, fut un empereur. Né en 1945, retiré désormais dans les environs de Bayonne, Ramuntchito le phénomène a remporté onze fois le titre de champion de France de 1965 à 1977 et sept fois le prestigieux concours de Dax. Son immense carrière a débuté à l’âge de 16 ans le 2 avril 1961 à Campagne. Écarteur courageux et volontaire, il est l’inventeur du double saut d’appel et de l’écart tourniquet. Écarteur sans frontière et sans limite, torero de génie et de fureur, il est un volcan qui a enflammé des milliers et des milliers de spectateurs et qui n’a jamais reculé devant aucun adversaire cornu. Il a mis un terme à sa carrière à 42 ans.
 
 

Les palmarès du concours

 
  • Le premier vainqueur du grand concours landais de Dax en 1955 fut Michel I
  • suivi en 1956 par Marcel Forsans, le chêne de Pomarez qui triompha aussi en 1960, 1968 et 1970.
  • La saga de Ramuntcho débuta en 1961 et se poursuivit en 1966, 1974, 1975, 1976, 1981 et 1988. 
  • Ramuntchito prend le relais dès 1965 et conquit le bouclier en 1967, 1972, 1977, 1978, 1979 et en 1985.
  • Il faut aussi citer les noms de Rachou trois fois vainqueur (1987, 1989, 1992) mortellement blessé en 2001,
  • de Loïc Lapoudge (2005, 2006, 2009),
  • de Christophe Dussau (1995, 1996, 1998, 2000). 
  • Chez les sauteurs, depuis 1974, le record appartient à Philippe Ducamp (sept titres entre 1988 et 1994)
  • devant Lichel Dubos (six titres en 1979, 1980, 1982, 1985, 1986, 1987),
  • Nicolas Vergonzeanne (six titres en 1999, de 2001 à 2004 et 2007).
  • Guillaume Vergonzeanne et Louis Ansolabéhère ont chacun trois titres à leur actif.
  • Chez les entraîneur, Laurent et Jean-François Deyris règnent en maîtres absolus depuis 2002 avec dix titres. 

 

Tous les palmarés