Les éditions

Le Festin publie un livre sur
l’histoire des arènes

Cette année, les éditions bordelaises du Festin publieront un ouvrage sur l’histoire centenaire des arènes.

Ce livre dont Stéphane Taurand est l’auteur reviendra sur les grandes heures du prestigieux bâtiment. L’introduction, sous le Second Empire, de la « course espagnole » entraîna de nombreux changements dans l’univers taurin français. Dès la fin des années 1880, des édifices maçonnés supplantèrent dans certaines grandes villes les traditionnelles constructions en bois.

Ce fut le cas à Mont-de-Marsan, mais aussi à Dax. Après bien des débats et des vicissitudes, les arènes dessinées par l’architecte Albert Pomade furent inaugurées en mai 1913, à l’extrémité de la promenade des remparts, l’actuel parc Théodore-Denis. Modernité du matériau (le béton), éclectisme du décor, le bâtiment dacquois, tout en répondant aux convenances traditionnelles, se distinguait d’emblée par l’audace de sa conception. Il répondait surtout à la ferveur croissante du public pour la corrida, dont les municipalités successives ne manquèrent pas de faire un enjeu populaire mais aussi touristique de premier plan. En un siècle, les plus grands noms de la tauromachie se sont ainsi succédés dans l’enceinte dacquoise lors de corridas parfois de légende.

Retracer la vie des arènes à l’occasion de leur centenaire, c’est aussi évoquer la vie dacquoise sur un siècle, celle de générations de toreros, d’aficionados ou de simples amateurs. Ce lieu de mémoire, vibrant d’instants qui relèvent à l’occasion du merveilleux, témoigne de la perpétuation d’un patrimoine partagé fait de ferveur humaine et de rituels qui traversent les âges.

Stéphane Taurand,
Les Arènes de Dax, coll. « guides de l’Aquitaine »,
80 p., 2013, 12 €

www.lefestin.net